La micro-nutrition, le microbiote et l’homéopathie

Les macro-nutriments

Nous l’avons appris au lycée, notre alimentation est constituée des lipides, glucides et protéines. Ils fournissent l’énergie et la structure nécessaires à l’aspect et au fonctionnement de l’organisme. Ce sont eux qu’on évalue lorsqu’on parle de calories, par exemple.

Autrefois, le besoin était centré sur ces macro-nutriments. Ils faisaient souvent défaut. Aujourd’hui, dans nos pays, le problème est surtout l’excès en la matière. Chez les personnes âgées ce besoin réapparait à travers la dénutrition protéino-énergétique.

Les micro-nutriments

Malgré tout, la nutrition de nos contemporains est loin d’être satisfaisante. Ce n’est plus la quantité qui fait défaut, mais la qualité. Cette qualité passe par les micro-nutriments.

La micronutrition est une méthode médicale préventive, mais aussi curative de tout une série d’inconforts. Par elle le médecin cherche à satisfaire les besoins en micronutriments de chaque individu. Il le fait en ayant recours, avant tout, à une alimentation diversifiée. Cette alimentation est adaptée au profil de la personne et à son état de santé basal. Dans certain cas, on privilégie certains aliments riches en micro-nutriments.

Cette alimentation équilibrée et personnalisée est associée, si nécessaire, à une complémentation en micro-nutriments. Il s’agit de permettre au corps de fonctionner harmonieusement en équilibrant les apports en micro-nutriments.

Le médecin porte également une attention particulière à certaines intolérances alimentaires qu’il convient de rechercher devant les troubles du patient.

Si vous désirez approfondir la question, vous pouvez vous reporter au site de l’IEDM  (Institut Européen de Diététique et de Micronutrition).

Le microbiote

Enfin, s’est développée toute une pratique autour du microbiote, intestinal notamment. On désigne ainsi la population bactérienne très stable au long de la vie qui réside dans l’intestin. L’équilibre des fonctions intestinales en dépend. L’intestin est essentiel par son rôle dans l’absorption des nutriments, par son rôle de barrière avec le milieu ambiant et par les relations tout à fait privilégiées et essentielles qu’il entretient avec l’immunité.

La nutrition et l’homéopathie

Convenons que la méthode de la micro-nutrition est utile pour préparer et soutenir un traitement homéopathique sérieux. S’efforcer de traiter par homéopathie une personne aux fonctions nutritionnelles perturbées peut s’avérer une gageure. Chacun des symptômes est-ils le témoin d’une maladie ou d’un déséquilibre nutritionnel ? En tout cas, l’amélioration risque de n’être que partielle, les troubles liés à la nutrition perdurant et perturbant même l’action d’un remède qu’on aura du mal à choisir.