Similitude et expérimentation

Voici quelques lignes sur le fondement de l’homéopathie. C’est une manière nouvelle de comprendre en quoi un médicament est un médicament.

Une substance est un médicament parce qu’elle est porteuse d’une puissance capable de provoquer une maladie. C’est ce qu’on appelle la similitude.

Le mot semblable en grec (hómoios) est à l’origine du mot homéopathie. Le suffixe pathie vient aussi du grec pathologia qui signifie maladie. Homéopathie signifie donc : qui est capable de provoquer une maladie semblable.

Principe de similitude :

Le principe de similitude a été mis au jour par Samuel Hahnemann. On le trouve explicité dans l’Organon (6e édition). Il s’énonce ainsi :

« Cette thérapie (l’homéopathie) vise à chercher parmi tous les médicaments (…), celui qui possède la faculté de produire la maladie artificielle (d’origine médicamenteuse) la plus ressemblante à la maladie naturelle qu’on a sous les yeux. Ce médicament est dirigé contre l’ensemble des symptômes d’un malade déterminé. »

Les Médecins d’aujourd’hui formulent le même principe dans des termes nouveaux :

« toute substance capable de provoquer chez l’homme sain et sensible un ensemble de symptômes est capable, à dose extrêmement faible (infinitésimale), de faire disparaître un ensemble de symptômes semblables chez l’homme malade».

Expérimentation :

Il s’ensuit qu’on doit connaitre l’ensemble des symptômes que provoque une substance pour pouvoir l’utiliser en thérapeutique de manière homéopathique. C’est-à-dire en faisant correspondre les symptômes du malade et ceux que peut provoquer le médicament en similitude.

Chaque substance peut devenir un médicament homéopathique si on connait les symptômes qu’elle est capable de provoquer sur l’homme sain.

Depuis Hahnemann, les médecins expérimentent sur eux-mêmes et sur des volontaires des substances nouvelles et recueillent les symptômes des maladies médicamenteuses ainsi produites. Cela se fait évidemment avec des garanties de sécurité. La science des statistiques modernes offre des moyens supplémentaires pour faire la part des choses parmi tous les symptômes et ne retenir que ceux qui correspondent réellement à la substance expérimentée.